Il faut répondre aux besoins des habitants du canton d’Ardres en créant des structures d’accueil et de soin:

Lors du débat d’orientation budgétaire, je suis intervenu au Conseil général à Arras. Sujets sensibles : le manque de structure d’accueil pour les personnes âgées et handicapées. Mais aussi le cruel manque de médecins spécialistes d’où nécessité de créer des maisons de santé.

J'ai constaté que le Pas de Calais est un département où il y a le plus de jeunes en France, mais également dont la population est vieillissante. J'ai donc insisté sur le fait que « ce constat du vieillissement de notre population doit inciter le Département à réfléchir aux besoins d’offre de soin et d’accueil en structure pour nos aînés ».

Mais j'ai précisé que le problème était plus large : «Nos aînés ne sont pas les seuls à être concernés par une carence dans l’offre d’accueil : les personnes lourdement handicapées ne trouvent toujours pas assez de réponse à leurs demandes d’accueil en structure. »

Et d’ajouter « Face au vieillissement de la population de notre département mais également aux contraintes liées au maintien des personnes handicapées à domicile, nous sommes régulièrement sollicités, lors de nos permanences, aux multiples demandes des habitants »

Autre constat aggravant que j'effectue: « Trop de nos habitants sont encore contraints de se diriger vers les établissements belges, établissements que nous finançons par le biais de l’allocation personnalisée d’autonomie(APA) versée par le Conseil Général ».
Et de poser deux questions :
-    Trouvez vous normal qu’une famille soit contrainte de faire le trajet littoral-Belgique pour rendre visite à une personne âgée ou handicapée, anciennement résidante dans le département, placée dans une structure d’accueil ?
-    Ne pensez-vous pas qu’il est de notre devoir de permettre à ces personnes de bénéficier d’un accueil en structure sur le territoire où elles ont choisi d’établir leur domicile ?

J'ai également tenu à aborder le problème de l’offre médicale: « Il est beaucoup plus difficile d’obtenir un rendez-vous chez l’ophtalmologiste dans notre département (attente de 6 mois environ) que dans d’autres départements»
Pour cela, j'ai renouvelé une proposition d’action: « Il est nécessaire, face à la lente désertification en matière d’offre de soin, de permettre le développement des maisons de santé sur les territoires les plus ruraux, afin de faire de la prévention l’outil d’une politique de santé efficiente ». Et de préciser qu’il se fait le relai d’élus du canton, notamment de la Vallée de la Hem, pour qui ces maisons de santé sont une réelle nécessité.

J'ai avancé sur 3 priorités:
-    mettre en œuvre dès à présent le schéma départemental en faveur des Personnes handicapées,
-    d’investir encore plus fortement dans la prévention et de l’accès aux soins par le biais du soutien et de l’incitation à la création de maisons de santé sur les territoires,
-    de rattraper notre retard en matière de capacité d’accueil des personnes âgées dépendantes mais également d’établissements d’accueil des personnes handicapées.

Et de conclure : « notre institution doit investir afin de soutenir la construction des Maisons d’Accueil des Personnes Agées, des personnes handicapées mais également les maisons d’accueil pour les personnes atteintes de maladies telles qu’Alzheimer (MAIA) et inciter la création de Maisons de Santé par le biais de la contractualisation »

Quant au canton d’Ardres, si des signes sont encourageants, si des intervenants de grande qualité agissent comme l’AMB, si des structures existent et si d’autres vont être mises en place (ex : Unité Alzheimer à Ardres), il reste bien des choses à entreprendre pour améliorer le bien être et répondre de manière durable aux préoccupations des habitants du canton d’Ardres, aux attentes de nos concitoyens afin de préparer dès aujourd’hui notre département de demain.