Monsieur Lapotre, adjoint au maire de Muncq-Nieurlet, a pour projet la mise en place d’une crèche multi accueil. Il y travaille depuis des mois, et il a sollicité mon appui dés le lancement du projet en aout 2010.

Si le Conseiller Général que je suis ne peut pas porter le projet, il peut l’accompagner et le soutenir, ce que je fais.

Ainsi, j’ai contacté les services du département afin que Mr Lapotre puisse connaitre l’ensemble des données relatives à ce type de projet et l’apport que pouvait fournir le Conseil Général. Mon rôle s’est également porté sur la mise en relation avec les techniciens de la CAF. Enfin, j’ai sollicité les élus des communes environnantes afin de les associer au projet dans la mesure où elles pouvaient se montrer intéressées par une telle structure d’accueil pour leurs habitants. La garde des enfants est toujours un souci important pour de très nombreuses familles, notamment en milieu rural.


La dernière réunion sur ce projet avait eu lieu le 4 février. Un mois plus tard, le vendredi 4 mars, j’ai pris l’initiative de réunir en mairie de Muncq-Nieurlet, tous les partenaires associés dans ce projet. Étaient présents : Mr Boidin, Maire de la commune, Mr Beugnet, Maire de Polincove et Président de CCRA, Mr Pette Maire de Recques et Mr Bouhin, Maire de Bayenghem les Eperlecques ; Madame Clerbout et deux collaboratrices de la CAF de Calais ; Mr Lapotre, initiateur du projet, ainsi que moi-même.

La réunion a duré deux heures et a permis à Mr Lapotre, aux techniciennes de la CAF et aux élus d’échanger sur les différents aspects du dossier. Je suis satisfait de cette rencontre qui a pu faire ressortir les points forts du dossier mais aussi ses faiblesses. J’ai apprécié l’expertise et le souci d’assurer la réussite du projet de la part de Madame Clerbout. Elle a assuré les participants de son total investissement pour soutenir le projet mais en veillant strictement à sa viabilité.

En conclusion, j’ai proposé différentes actions, notamment auprès de Pole Emploi et de la CAF afin de revoir le dossier et permettre la tenue d’une nouvelle réunion dans 3 semaines. Ceci permettra de consolider le projet et de fournir aux élus les données qui leur manquent pour s’investir plus profondément ou pas dans la démarche engagée, tout en renforçant la solidité du dossier.