Bernard Carpentier Conseiller général honoraire du canton d'Ardres

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Interventions

Fil des billets

mardi, 8 mars 2011

Contribuer à la sauvegarde d'une entreprise

La reprise d'une entreprise est une démarche enthousiasmante mais très compliquée. Christophe Croquelois peut en témoigner. J'ai pu l'aider lors de son "parcours du combattant". Je suis heureux de voir aboutir ce beau projet qui va permettre la reprise d'une entreprise bien connue dans l'Ardrésis, avec le maintien d'un emploi. Le Nord Littoral y a consacré un article:

Ardres

Changement de propriétaire au Moulin d'Ardres

Christophe Croquelois va prendre la succession de son patron

lundi 07.03.2011, 06:00
Jean-Marie Lemaire, Bernard Carpentier, Martine Croquelois, Christophe Croquelois, Hubert François et Marie-José Orloff.
Jean-Marie Lemaire, Bernard Carpentier, Martine Croquelois, Christophe Croquelois, Hubert François et Marie-José Orloff.

Le moulin d'Ardres, au numéro 12 avenue de Turenne, commercialise de l'alimentation animale, des engrais jardin et des produits phytosanitaires.

Le patron, Hubert François, va céder son affaire, après environ 45 années. Son employé, Christophe Croquelois, va prendre sa succession.

« Il y a 15 ans que je travaille au moulin d'Ardres. Cela fait maintenant 2 ans que j'avais envie de prendre la succession de mon patron », souligne Christophe Croquelois. Cela s'est concrétisé depuis le partir du mois d'août 2010. Sur des conseils avisés, il a pu contacter Marie-José Orloff, de la Chambre des métiers et de l'artisanat de Calais, pour avoir un dossier d'aide à la création d'entreprise. Il a également présenté son projet à Bernard Carpentier conseiller général. Ce dernier est intervenu auprès du vice-président du conseil d'orientation et de surveillance de la Caisse d'Epargne de Lille afin de le mettre en relation avec la succursale d'Ardres pour débloquer la situation. Dans le même temps, des contacts ont été pris avec OSEO, un établissement public d'Etat sous tutelle du Ministère de l'Economie, des Finances et de l'Emploi et du Ministère de l'Enseignement supérieur et de la recherche. Un rapprochement s'est fait ensuite avec la Caisse d'Epargne, laquelle s'est mise en relation avec Jean-Marie Lemaire de "Calaisis Initiative", qui a accepté à son tour de devenir partenaire dans le plan de financement.

L'entreprise a ainsi été sauvegardée, ainsi que le maintien d'un emploi, pour le plus grand soulagement de Christophe Croquelois, de son épouse Martine et de ses partenaires, comme l'a souligné Bernard Carpentier.

« Je suis heureux d'avoir pu contribuer à la sauvegarde d'une entreprise et au maintien d'un emploi. J'avais agi de la même manière pour d'autres auparavant et avec succès. La création d'emplois me mobilise en tant qu'élu, tout comme le maintien des emplois existants sur le canton. Ces actions sont construites autour de multiples contacts, d'une proximité forte auprès des créateurs et repreneurs d'entreprises, d'une expérience des actions de développement économique, d'une collaboration étroite avec les partenaires économiques. Mais aussi de la mobilisation de réseaux avec lesquels je collabore pour faire avancer les dossiers de création d'emplois dans le canton ».

mardi, 22 février 2011

A t-on décidé de laisser des milliers de personnes sans aide ?

Les services de soins à domicile sont menacés. Les associations qui les fournissent, les syndicats, sensibilisent les élus sur leurs difficultés financières à équilibrer leur budget.
Je me suis fait l’interprète des associations et bénéficiaires en interpellant le Président du Conseil Général, D. Dupilet. A Arras, j’ai voulu alerter le Président et des élus, sur ce problème qui impacte lourdement de plus en plus de personnes sur le département.

La situation est inquiétante sur plusieurs aspects, dont celui de l’emploi: je voudrais rappeler la situation du Calaisis où en 2010, les 3 Associations recrutant le plus de salariées ont subi des pertes d’activité : l’ADMR d’Audruicq : 12 % ; l’ADAR de Coquelles : 10 %; pour l’AMB d’Ardres, c’est 10% et ses aides ménagères représentent plus de 170 employées !

Un autre constat m’alarme: La population vieillit, le besoin d’aide des Personnes Agées augmente, alors que les services d’aide à domicile « certifiés et autorisés », voient leur activité baisser !
Quant aux personnes en GIR (niveau de dépendance) 1 ou 2 en 2010, elles ont beaucoup moins d’heures qu’en 2005, alors que l’état de dépendance est le même !

Je pointe plusieurs conséquences à cette situation. Le reste à la charge des bénéficiaires augmente ! Résultat : Les personnes fragiles ne vont plus avoir les moyens de se soigner et de payer pour rester à domicile, ce qui risque d’aboutir à des hospitalisations onéreuses et à des placements non souhaités.

Et je pose plusieurs questions :
«- A t-on décidé de laisser des milliers de personnes sans aide, ou avec une aide inadaptée, car les interventions de 30 à 45 mn ne permettent plus de faire un travail de qualité !
- Comment demain, ces associations expliqueront-elles à une personne malade et fragile qu’elle doit payer plus pour être moins aidée qu’avant ?

Autre constat édifiant : La CERSAT (ex-CPAM) n’aide plus avant 75 ans, contre 60 ans auparavant ! Résultat : cela représente un nombre considérable de personnes qui n’ont d’autre possibilité que de payer si elles ont besoin d’aide, mais elles ne relèvent alors pas de l’APA ! » (Allocation Personnalisée à l’Autonomie).

Débloquer un fond d’urgence va régler certains problèmes à court terme… mais il faut trouver des solutions durables si l’on veut à la fois promouvoir le « bien vieillir à domicile », et pérenniser les emplois des auxiliaires de vie sociale employés par des Services d’Aides à Domicile… je sais que le problème est difficile, que le département a déjà fait des efforts mais il doit les poursuivre, aidé par l'Etat !

Bien des choses sont menacées : le lien social avec les plus fragiles, le maintien des prestations d’aide à domicile, la pérennité de centaines d’emploi…
J'espère que mon appel sera entendu et qu’une prise de conscience va s’opérer sur un problème qui impacte le canton d'Ardres mais aussi tout le département.

mardi, 8 février 2011

Appel à la création de structures d’accueil et de soin

Il faut répondre aux besoins des habitants du canton d’Ardres en créant des structures d’accueil et de soin:

Lors du débat d’orientation budgétaire, je suis intervenu au Conseil général à Arras. Sujets sensibles : le manque de structure d’accueil pour les personnes âgées et handicapées. Mais aussi le cruel manque de médecins spécialistes d’où nécessité de créer des maisons de santé.

J'ai constaté que le Pas de Calais est un département où il y a le plus de jeunes en France, mais également dont la population est vieillissante. J'ai donc insisté sur le fait que « ce constat du vieillissement de notre population doit inciter le Département à réfléchir aux besoins d’offre de soin et d’accueil en structure pour nos aînés ».

Mais j'ai précisé que le problème était plus large : «Nos aînés ne sont pas les seuls à être concernés par une carence dans l’offre d’accueil : les personnes lourdement handicapées ne trouvent toujours pas assez de réponse à leurs demandes d’accueil en structure. »

Et d’ajouter « Face au vieillissement de la population de notre département mais également aux contraintes liées au maintien des personnes handicapées à domicile, nous sommes régulièrement sollicités, lors de nos permanences, aux multiples demandes des habitants »

Autre constat aggravant que j'effectue: « Trop de nos habitants sont encore contraints de se diriger vers les établissements belges, établissements que nous finançons par le biais de l’allocation personnalisée d’autonomie(APA) versée par le Conseil Général ».
Et de poser deux questions :
-    Trouvez vous normal qu’une famille soit contrainte de faire le trajet littoral-Belgique pour rendre visite à une personne âgée ou handicapée, anciennement résidante dans le département, placée dans une structure d’accueil ?
-    Ne pensez-vous pas qu’il est de notre devoir de permettre à ces personnes de bénéficier d’un accueil en structure sur le territoire où elles ont choisi d’établir leur domicile ?

J'ai également tenu à aborder le problème de l’offre médicale: « Il est beaucoup plus difficile d’obtenir un rendez-vous chez l’ophtalmologiste dans notre département (attente de 6 mois environ) que dans d’autres départements»
Pour cela, j'ai renouvelé une proposition d’action: « Il est nécessaire, face à la lente désertification en matière d’offre de soin, de permettre le développement des maisons de santé sur les territoires les plus ruraux, afin de faire de la prévention l’outil d’une politique de santé efficiente ». Et de préciser qu’il se fait le relai d’élus du canton, notamment de la Vallée de la Hem, pour qui ces maisons de santé sont une réelle nécessité.

J'ai avancé sur 3 priorités:
-    mettre en œuvre dès à présent le schéma départemental en faveur des Personnes handicapées,
-    d’investir encore plus fortement dans la prévention et de l’accès aux soins par le biais du soutien et de l’incitation à la création de maisons de santé sur les territoires,
-    de rattraper notre retard en matière de capacité d’accueil des personnes âgées dépendantes mais également d’établissements d’accueil des personnes handicapées.

Et de conclure : « notre institution doit investir afin de soutenir la construction des Maisons d’Accueil des Personnes Agées, des personnes handicapées mais également les maisons d’accueil pour les personnes atteintes de maladies telles qu’Alzheimer (MAIA) et inciter la création de Maisons de Santé par le biais de la contractualisation »

Quant au canton d’Ardres, si des signes sont encourageants, si des intervenants de grande qualité agissent comme l’AMB, si des structures existent et si d’autres vont être mises en place (ex : Unité Alzheimer à Ardres), il reste bien des choses à entreprendre pour améliorer le bien être et répondre de manière durable aux préoccupations des habitants du canton d’Ardres, aux attentes de nos concitoyens afin de préparer dès aujourd’hui notre département de demain.

- page 1 de 12