Bernard Carpentier Conseiller général honoraire du canton d'Ardres

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Landrethun-les-Ardres

Fil des billets

lundi, 21 février 2011

Travailler tous ensemble pour la défense de nos écoles

En tant que Conseiller Général du canton d’Ardres, et membre de la Commission Education, Jeunesse, Culture au Conseil Général, j’avais convié les directeurs des écoles du canton et les délégués de parents d’élèves à une réunion de travail à Landrethun les Ardres, le mardi 15 février.

Certaines écoles du canton sont confrontées à plusieurs problèmes importants dont des menaces de fermeture de classe.
Je souhaitais donc rencontrer et écouter les personnes concernées afin d’envisager ensemble les points qui pourraient être travaillés à l’échelle du canton.

Une quarantaine de personnes était présente à cette réunion. Il y avait des représentants des écoles d’Ardres, Landrethun les Ardres, Rodelinghem, Eperlecques, Mentque-Nortbécourt, Zouafques, Nortleulignhem.

C’est Monsieur Berly, maire de Landrethun, qui a accueilli les participants précisant que les maires présents (Messieurs Loquet Ardres, Vasseur Rodelinghem et lui même) n’étaient pas là en tant qu’intervenants, mais pour écouter les parents d’élèves et travailler tous ensemble pour la défense de nos écoles.

J’ai proposé un tour de table et chacun a pu se présenter puis a été invité à s’exprimer.

Mr Piquet, délégué de parents d’élèves d’Ardres, a considéré que « l’idée de fermetures et suppressions de classes est une stupidité, qu’il n’y a eu aucune concertation, aucun avis sollicité face aux 2 fermetures envisagées face au manque de 17 enfants ».
Sur Rodelinghem, « le danger est de voir les parents mettre les enfants ailleurs, engendrant ainsi la mort de l’école, ce qui va tuer les villages ».

Le Directeur de Landrethun les Ardres s’exprimant en tant que parent d’élève a considéré que « pourtant sur le plan psychologique, que si les parents ne sont pas là, l’école stimule l’enfant, développe son langage, lui permet le contact avec d’autres enfants ; un psychologue peut intervenir pour la progression des -3ans ». Avis que je partage.

J’ai lu la motion que mon groupe et moi même avons voté au Conseil Général le 7 février, indiquant que je n’étais pas d’accord avec toutes les décisions du gouvernement. Les participants ont approuvé le vote de la motion de mon groupe et moi-même au Conseil Général,  motion montrant mon désaccord, et apportant mon soutien aux parents. Tous ont indiqué qu’il y a lieu de maintenir le service public.

J’ai insisté sur le fait que tous les participants à cette réunion de travail étaient là pour « tirer dans le même sens ».

Mr Piquet m’a demandé si ma fonction pouvait aider dans cette démarche. Je lui ai répondu que mon rôle de Conseiller général est de faire remonter ce désaccord à l'Éducation Nationale, ce que j’ai déjà fait et que je vais poursuivre.

Les présents se sont accordés pour dire que tout se joue avant l’âge de 6 ans, et que si les 2 ans ne sont pas comptabilisés, faveur est alors donnée à l’école privée, sachant que l’école est possible à partir de 2 ans mais n’est obligatoire qu’à 3 ans.

Les grandes villes pourront apporter des solutions alors que les campagnes n’en n’auront pas les moyens.

Il est également indiqué qu’il ne faut pas supprimer les RASED. J’ai précisé que la motion que j’ai signée, souligne ce point.

J’ai indiqué qu’en commission permanente en 2010, j’ai soutenu et voté 150.000€ de subventions en faveur des écoles d’Ardres, Balinghem, Bonningues les Ardres, Brêmes les Ardres, Clerques, Nordausques, Recques et Rodelinghem. 

Je me suis engagé à poursuivre mon action, notamment, faire remonter toutes ces informations à l'Éducation Nationale.

J‘ai indiqué être également favorable à ce qu’on donne leur chance à tous les enfants d’apprendre le plus tôt possible.

J’ai remercié les personnes présentes, en renouvelant ma détermination à agir pour les écoles du canton. Je me suis engagé à garder le contact avec les participants et à les informer des suites pouvant être données à cette rencontre.

mercredi, 16 février 2011

Menaces de suppression de classe: appel auprès du Ministre

Comme chacun le sait, j’étais à Landrethun lez Ardres, à Rodelinghem et Ardres lors des manifestations. Mais aussi et surtout, j'agis sur ce dossier des menaces de suppression de classe dans le canton. Il y a un temps pour la protestation mais il y a surtout un temps pour l'action.

Parmi les interventions que j'ai conduites, d'autres sont en cours, je veux mentionner l'appel ci dessous qui a été lancé auprès du Ministre de l'Éducation Nationale. Appel signé par mes collègues et moi même au sein du groupe Union@ction.62 au Conseil Général:

" - Les mesures annoncées par le Ministre de l’Education Nationale nous indiquent également une suppression des réseaux d’aide spécialisée aux élèves en difficultés (RASED) et de la possibilité d’accueil des enfants âgés de deux à trois ans dans la mesure où cette classe d’âge ne sera plus comptabilisée dans le total des effectifs composant une classe.

Ces suppressions de postes auront pour conséquence la fermeture de nombreuses classes, notamment dans les secteurs ruraux, et, de fait, mettront en péril l’offre scolaire sur nos territoires.

De plus, le fait de ne plus accueillir les enfants âgés de deux ans aura des conséquences directes sur les collectivités : les communes devront organiser un accueil dans le cadre de structures financées par les collectivités elles-mêmes.

Compte tenu de

- l’impérieuse nécessité de permettre à tous les élèves de notre département de pouvoir se rendre dans un établissement proche de chez lui et de bénéficier d’un enseignement de qualité,

- l’importance de la sauvegarde des lieux d’éducation dans les territoires ruraux,

- de la pertinence de permettre aux enfants scolarisés âgés de moins de trois ans de pouvoir être comptabilisés dans l’effectif composant l’académie,
 
Les membres du groupe, certains du fait que l’offre scolaire revêt une importance primordiale pour l’avenir de nos enfants, sollicitent de la part du Ministre de l'Éducation Nationale la révision de la politique de suppression de postes ainsi que le maintien du nombre de classe, notamment en milieu rural. - "


Les Conseillers Généraux, membres du groupe Union.@ction.62: Ernest AUCHART, Lucile BIGOT, Bernard CARPENTIER, Jean-Claude DARQUE, Roger DOUEZ, Lionel LANCRY, Jean-Marie LUBRET, Michel HAMY, Michel PETIT, Bernard PION, Gislain TETARD, Robert THERRY.

vendredi, 11 février 2011

Revoir la politique de suppression de poste dans les classes du canton

J'ai tenu à être présent aux cotés des enseignants et parents d'élèves d'Ardres le mardi 7 février comme d’autres Elus. J’étais à Landrethun lez Ardres et à Rodelinghem. En effet, cette mobilisation ne doit pas être un « coup de communication » mais bien l’affaire de tous !

Ces menaces de suppression sont des situations qui inquiètent tous ceux qui sont attachés à l’école de la république, et au dynamisme et au devenir des communes concernées.

Mais ces problèmes ne se résoudront pas uniquement  à l’échelle du Canton aussi fin janvier j'ai entrepris des démarches, dont une auprès de Madame le Recteur d'Académie pour que celle-ci me transmette notamment la situation précise des menaces de fermetures. Je me suis également mis en rapport avec le Ministère de l'Éducation Nationale à Paris.

Avec mes collègues conseillers généraux à Arras, j’ai déposé une motion afin d’interpeller le Ministre de l'Education Nationale en demandant la révision de la politique de suppression de postes ainsi que le maintien du nombre de classes, notamment en milieu rural.

Qu’il s’agisse des fermetures de classes, de la remise en cause de l’accueil des enfants de 2 ans, de la qualité de travail des enseignants dans les classes dans lesquelles les élèves seraient en surnombre ou des emplois aidés en péril dans le canton, il nous faut avancer.
C'est la raison pour laquelle, en tant que membre de la Commission Éducation, Jeunesse au Conseil Général, j'ai convié les directeurs d'école et délégués de parents d'élèves du canton à une réunion de travail. Elle aura lieu le mardi 15 Février à Landrethun les Ardres. Il s'agit avant tout d'écouter les enseignants et parents et d’envisager ensemble les points qui pourraient être travaillés à l’échelle du canton.

Vous pouvez compter sur moi, je suivrai ce sujet de près, il en va de l’avenir des enfants et de leur accès à la connaissance. Mais c’est aussi le devenir des communes rurales qui s’agrandissent de plus en plus et qui auraient des difficultés à offrir des services de qualité.

- page 2 de 15 -